La Start-up est morte, Vive la Scale-up… Ou pas !

AQUILA EYES - Novembre 2019

Editorial

Pour cette newsletter, il semblait nécessaire de faire évoluer le format. En effet, aborder simplement les prouesses des sociétés innovantes et des bons modèles à chaque édition amène quelques difficultés, notamment une : "nous avons vite fait le tour des sociétés françaises et européennes viables". Aussi, après près d’un mois de recherche, cette newsletter vous propose de découvrir quelques articles et sujets pour alerter sur ce qui fait que nous sommes, entrepreneurs et décideurs français, si mal en point quant à la maîtrise de la Révolution digitale. 

Nous aborderons une liste de freins, remonté notamment par des expériences auxquelles AQUILA Advanced a été confrontée ces dernières semaines. Nous aborderons également l'obsession de la scale-up française, qui est traitée comme une "tendance" et non comme un projet (ça promet !). Nous identifierons en outre une évolution tendancielle intéressante sur le plan marketing : l'immensité du web et du monde digitalisé qui est également soutenu par la spécialisation ! Puis nous aborderons un petit aspect juridique intéressant sur la notion de propriété dans le digital et de la coresponsabilité associée.

Enfin, je vous invite tous à participer à l'événement organisé par Digimind le 7 novembre : nous pourrons avoir l'occasion de nous y retrouver.

Analyse sectorielle : Les freins à la Révolution digitale en France

Lors d'une réunion organisée le mois dernier à Business France, le mot d'ordre, le mot clé, était bien "scale-up". Tous veulent devenir des Scale-ups. Pourtant, personne ne s'accorde réellement sur ce que signifie cette expression. On considère qu'une PME ayant atteint sa maturité d'affaires et connaissant une croissance soutenue est une scale-up. Soit ! Une fois cela dit, nous n'avons absolument rien dit ! 

C’est pourquoi, nous allons vous proposer notre indicateur clé déterminant une société devenant une Scale-up.

>>> Lire l’article en entier.

Marketing : Les usages changent, les e-commerces connaissent-ils une spécialisation ?

Les différences entre ère industrielle et ère digitale sont légions ;  le changement d’habitudes dans une période transitoire est donc difficile. Mais le changement le plus significatif est celui du lien direct avec le client final et de la capacité à être visible dans l’opacité des offres. La marketplace a du bon quand celle-ci offre, à l’instar d’Amazon par exemple, une approche logistique performante. Mais elle n’a pas d’intérêt quand elle est tournée exclusivement vers un produit ou un secteur.

>>> Lire l’article en entier.

Juridique : Propriété intellectuelle et Responsabilité évoluent à l'ère du digital

La  propriété intellectuelle :  Elle est le nerf de la guerre sur toute la planète, en ce moment, au point que Emmanuel Macron se trouve début novembre en Chine afin d’aborder cette épineuse question de l’alignement législatif parmi d’autres sujets de court terme. Pourtant, si des Empires se sont développés grâce à la maîtrise de cette notion, notamment en Amérique du Nord et sur tout le continent Eurasien, en Europe… Ce n’est pas le cas !

>>> Lire l’article en entier.

Merci de votre attention,
A très vite

Olivier QUEVAL-BOURGEOIS
Data Asset Manager
https://www.aquila-advanced.com/